L’industrie de la cybersécurité et les administrations publiques vont améliorer les réglementations en 2019 – Prédictions Barracuda 2019

Global Security Mag – décembre 2018

Une tendance majeure va se concrétiser l’année prochaine: les administrations publiques et les acteurs de l’industrie de la sécurité vont commencer à travailler ensemble pour améliorer les réglementations afin de protéger les entreprises et les particuliers. En maintes occasions, les organisations ont démontré qu’on ne pouvait leur faire confiance sur la protection des données des utilisateurs car celles-ci n’étaient pas correctement sécurisées et se retrouvaient facilement entre les mains des attaquants.

Le RGPD est entré en vigueur dans l’Union Européenne au cours de l’année 2018 et je pense que d’autres pays vont suivre le mouvement en 2019. La Californie commence à étudier des réglementations similaires au RGPD, et il est juste question de savoir si elles s’appliqueront au niveau de l’État ou au niveau fédéral. Les attaques via email ciblant les particuliers vont augmenter dans l’année qui vient, et ceci continuera à accroître la pression sur les réseaux sociaux et d’autres plates-formes, car les consommateurs souhaitent mieux contrôler les informations qu’ils reçoivent en ligne. La réponse doit inclure une meilleure articulation et un choix de la part des individus sur leur degré d’exposition aux informations.

> Lire l’article

Cybersécurité: l’UE renforce les pouvoirs de son agence et valide son système de certification

Nextinpact – 11 décembre 2018

Lundi 10 décembre, le Parlement, le Conseil et la Commission européenne se sont accordés sur ce paquet, centré sur la sécurité informatique de l’Union.

L’ENISA, l’agence de cybersécurité européenne, obtient un mandat permanent. Il remplace l’actuel, censé expirer en 2020. L’agence obtient aussi des capacités d’assistance aux États dans la réponse aux cyberattaques.

 

> Lire l’article

Bruxelles se dote d’un centre de cybersécurité en association avec trois universités

Rtbf – 11 décembre 2018

Bruxelles dispose depuis ce mardi midi d’un centre de cybersécurité, créé à l’initiative de Sirris, le Centre collectif de l’industrie technologique. La Brussels Initiative on Cybersecurity Innovation (BICI), au sein de laquelle sont associés les centres de recherche de trois universités et d’une haute école bruxelloises, a pour ambition d’aider les entreprises à lutter contre la cybercriminalité et que les nouvelles connaissances en matière de cybersécurité leur soient plus rapidement transmises.

> Lire l’article

Cybersécurité : le Maroc en pénurie d’experts

Jeune Afrique – 7 décembre 2018

Le secteur de la protection des données au Maroc peine à recruter à cause du manque de cursus et de l’absence d’information sur les filières existantes, explique une étude récemment publiée sur le sujet.

D’année en année, le nombre de piratages ciblant les grandes entreprises mais aussi les PME ne cesse d’augmenter. Pour contrer ces attaques, les sociétés marocaines investissent de manière croissante dans la sécurité informatique. Mais ce virage est aujourd’hui freiné par le nombre insuffisant de spécialistes sur le marché, comme le révèle l’étude réalisée en octobre 2018 par Kaspersky Lab, un des leaders mondiaux de la sécurité des systèmes d’information, et le cabinet d’études Averty. Alors que 85 % des sondés estiment que la cybersécurité est un métier d’avenir, le nombre d’hommes et de femmes à se lancer dans la filière reste minime.

> Lire l’article

Cybersécurité : quelles pratiques doivent adopter les entreprises ?

La Tribune.fr – 5 décembre 2018

Malgré une prise de conscience des risques liés à cybercriminalité, de nombreuses entreprises n’ont pas encore pris le problème à bras le corps comme le montre la multiplication des cyberattaques d’envergure ces dernières années. Pourtant, certains outils et des bonnes pratiques permettent d’anticiper et minimiser sensiblement l’impact d’un cyber-risque.

Les directions générales d’entreprises ne nient plus l’importance de la cybersécurité en leur sein. Le risque cyber est devenu le deuxième plus redouté derrière la cessation d’activité et juste devant celui lié aux catastrophes naturelles, d’après le baromètre mondial d’Allianz 2018. Bien que craint et même si le manque de ressources, tant sur le plan financier que sur celui de la formation des équipes, peut expliquer cette passivité, les entreprises, même les plus florissantes, n’ont toutefois pas encore adopté toutes les mesures ou les bons réflexes pour anticiper et minimiser l’impact d’un cyber-risque.

> Lire l’article

Cybersécurité : entreprises recherchent talents désespérément

Le Monde – 2 décembre 2018

En France, seuls 1200 des 6000 postes ouverts en 2017 auraient été pourvus. Et il manquerait 35’000 spécialistes de cybersécurité en Europe d’ici 2022.

Un taux de chômage égal à zéro, des rémunérations attrayantes, des perspectives d’évolution rapide… Les carrières de la cybersécurité ont tout pour séduire. Pourtant, les entreprises ont des difficultés à pourvoir les postes qu’elles créent en grand nombre pour répondre à leurs besoins croissants. En France, seulement 1 200 des 6 000 postes ouverts en 2017 auraient été pourvus. D’autres chiffres circulent : il manquerait 350 000 spécialistes de cybersécurité en Europe d’ici à 2022 ; plusieurs centaines de milliers de postes seraient ouverts dans la région de New York…

> Lire l’article

Cybersécurité : Le Grinch qui a volé mes données

Le Siècle Digital – 4 décembre 2018

Le froid est de retour et les premiers flocons sont tombés. Dehors, les vitrines se parent de guirlandes lumineuses. L’esprit festif gagne les Français, plus de doute, Noël n’est pas loin ! Dans cette frénésie, la course aux cadeaux a commencé. A cette période de l’année, le Web a toujours la cote. Il est sollicité par de plus en plus de Français pour trouver LA bonne affaire. Mais comme dans le film : Le Grinch, certains acteurs malveillants veillent [en ligne] à gâcher la magie de Noël car l’appât du gain est palpable.

> Lire l’article

Pour les entreprises françaises la cybersécurité n’est pas un enjeu prioritaire

Channel News – 5 décembre 2018

La cybersécurité est loin d’être une priorité pour les entreprises françaises. C’est ce qui ressort d’une enquête menée du 21 août au 3 septembre derniers par PWC auprès de 600 cadres dirigeants d’entreprises françaises de 10 salariés et plus, proche du sujet.

L’intérêt pour la cybersécurité varie en fonction de la taille de l’entreprise. Le sujet est primordial pour 27% des PME de moins de 99 salariés, 42% des entreprises comptant entre 100 et 499 salariés, et 56% des sociétés dépassant les 500 salariés. Il est considéré comme important mais non primordial pour 53% des premières, 48% des secondes et 44% des troisièmes. On remarque ainsi que le sujet n’est pas à négliger pour 80% des petites PME, pour 90% des entreprises comptant entre 100 et 499 salariés et pour la totalité des entreprises employant plus de 500 personnes.

> Lire l’article

Cybersécurité et Cybercriminalité

République Togolaise – 6 décembre 2018

L’Assemblée nationale a adopté le projet de loi sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité pour le compte de la 8ème séance plénière de la deuxième session ordinaire de l’année 2018, tenue ce 06 décembre 2018 et présidée par SEM Dama Dramani, président de l’Assemblée nationale.

> Lire l’article

Sénégal : la division spéciale de la cyber sécurité met fin aux activités de 10 individus pour arnaque sur le net

CIO Mag – 1 décembre 2018

Comme si c’était un film. Pourtant une réalité. L’affaire dite « Dash plan fait le tour de la toile et a suscite autant de débat à Dakar.Il s’agit  d’un groupe d’individus  composé de footballeurs, de restaurateurs d’étudiants. La division spéciale de la cyber sécurité  qui a mis fin aux activités de ces cybercriminels face à la presse a expliqué le préjudice subi par des citoyens.

Plus de 200 millions de francs CFA ont été soutirés á des citoyens selon le Docteur Papa Gueye, commissaire de police et chef de la Division spéciale de cyber-sécurité. « Les malfaiteurs avaient créé des groupes sur des réseaux sociaux. Ils collectaient les données personnelles de jeunes filles qu’ils présentaient comme étant de mœurs légères. Ces filles subissaient des chantages. Souvent ils leur proposaient une partie intime. Ils  leur demandaient également de l’argent si elles que leurs données soient retirées », a fait savoir le commissaire Gueye.

> Lire l’article