Au Japon, des millions d’objets connectés piratés pour tester la cybersécurité des Jeux Olympiques

lefigaro.fr – 31 janvier 2019

Pour s’assurer un niveau minimum de sécurité, le gouvernement a autorisé un institut national de recherche à accéder pendant cinq ans à tous les objets connectés des Japonais. La mesure soulève des questions.

L’État japonais ne plaisante pas avec la cybersécurité. À partir du mois de février, l’Institut national de recherche pour l’information et la communication japonais (NICT) sera autorisé à essayer de «pirater» les quelque 200 millions d’objets connectés utilisés dans l’archipel.

> Lire l’article